TAXATION DES BONUS

Publié le par Rénover Maintenant 21

Monsieur SARKOZY était à BERLIN le 9 novembre 1989, c’est lui qui le premier a pensé taxer les bonus des traders en août 2009.

L’Humanité se rend-elle compte de la chance qu’elle a ? Monsieur SARKOZY est là, il va changer le Monde.

Quand il s’agit pour lui de créer une « grande loi » pour préserver les privilèges des plus riches ou de sanctionner le propriétaires de pitbull, les choses vont bon train pour le reste, le changement n’est pas vraiment au rendez-vous.

Souvenez-vous, au début de la crise financière, sur les revendications salariales, alors que le débat sur la rémunération des banquiers battait son plein, le président français, indigné promettait que l’Etat prendrait «ses responsabilité » en légiférant sur ce point allant jusqu’à envisager un projet de loi « à l’été » qui instaurerait, entre autre, «la règle des trois tiers » pour la répartition des bénéfices entre les salariés, l’actionnariat et les investissements de l’entreprise.

Depuis, plus rien, aucune mesure concrète n’a été prise pour permettre une meilleure répartition des richesses, qui sont pourtant bien là.

Pire encore, les excès du capitalisme financier ont repris de plus belle, alors même que ces établissements financiers ont été sauvés par de l’argent public, c'est-à-dire, en partie, par l’argent des travailleurs.

Alors la décision de Gordon BROWN de créer une taxe de 50% sur les bonus au-delà de 25 000£, payée par les banques, est une excellente idée que nous ne pouvons que soutenir.

Monsieur SARKOZY et les plus zélés de ses affidés, quand le P.S. avançait cette proposition nous expliquaient qu’une telle décision entraînerait immédiatement la fuite des excellents traders français et donc la perte de compétitivité  des banques françaises.

Aujourd’hui, à la remorque de Gordon BROWN, il nous explique qu’il peut faire cette proposition parce qu’elle est faite des deux côtés de la Manche, mais tous ces arguments ne tiennent pas parce que, comme le signalait Bernard GUETTA sur France Inter vendredi matin, à l’annonce de la mesure par le Premier Ministre britannique, la City ne s’est pas vidée de ses établissements financiers !

Mais nous pouvons avoir le doute, la loi de finance rectificative, que nous annonce Monsieur SARKOZY pour le début de l’année 2010, qui créerait la taxation des bonus à 50 % est soumise à une condition : que les autres pays européens suivent aussi l’exemple de la Grande Bretagne.

Or,  si Angela MERKEL,  a déclaré que l'idée de limiter les bonus bancaires excessifs lui était sympathique et que le Fonds Monétaire International (FMI) devrait examiner la question,  elle a aussi ajouté que la loi allemande sur la fiscalité était complexe en la matière !

Autrement dit rien n’est fait et cette bonne idée pourrait bien en rester au même stade que la promesse de loi sur la « règle des trois tiers » !

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article