REGIONALES

Publié le par Rénover Maintenant 21

« La France change, nos régions doivent changer » ! Tel est le slogan retenu par l’UMP pour sa campagne des élections régionales. Tout est dit et cela a été répété par le premier ministre au cas où il y en aurait qui n’ait pas compris.

La France change ? SARKOZY change la France, à marche forcée, il détruit ce qui faisait sa spécificité et qui, au passage, il le reconnaît, a permis aux français de traverser le plus fort de la crise sans trop de dégâts.
Mais il persiste et veut continuer à détruire et supprimer les services publics, l’organisation territoriale sous couvert de modernité, de rationalité, et ce qu’il fait au niveau de l’Etat il veut le faire dans les régions et les départements : « la France change, les régions doivent changer »! Et si ce n’est pas de gré par les urnes ce sera de force en leur coupant les vivres.


Face à cela, il est impératif que le P.S. et la gauche remportent les élections régionales pour que, pendant les deux années qui nous séparent de l’élection majeure de 2012, ce qui peut encore être sauvé le soit et que la gauche l’emporte lors de l’élection présidentielle.

Parce que le P.S. ne veut pas s’accrocher à un passé sclérosant, il veut changer la France, pour tous les français pas seulement pour une minorité de possédants en tirant à la fois les leçons de l’échec de la sociale-démocratie européenne et de la crise du capitalisme financier.


C’est en étant clair et honnête avec les français que le P.S. pourra rassembler une majorité de français. Le discours d’Arnaud MONTEBOURG devant l’assemblée départementale de Saône et Loire, le 4 février 2010 en est un exemple, au même titre que la décision prise par le Bureau National du P.S. concernant la région Languedoc – Roussillon.

En demandant à Hélène MANDROUX de conduire une liste dans cette région contre Georges FRECHE, le Parti Socialiste a pris là, une décision courageuse.

Par cet acte, Martine AUBRY a clairement signifié sa volonté d’en finir avec des pratiques basées sur le clientélisme, en vigueur en Languedoc-Roussillon, et dont Jean VIGREUX, Universitaire et élu local, dans un article publié sur Facebook en a fort pertinemment pointé les dérives qui ne doivent plus avoir cours nul part ailleurs.


La rénovation du P.S. est donc en marche n’en déplaise à certains et la décision de Martine AUBRY est approuvée par 64% des français et par 74 % des sympathisants de gauche.

Parallèlement à cet acte fort, l’organisation de primaires ouvertes confirmera la marche du P.S. vers le renouveau et rien, surtout pas les manœuvres personnelles, ne devra venir entraver cette dynamique.

Ces élections régionales vont permettre de clarifier un certain nombre de positions.

Lors des journées d’été 2008, de RM, qui s’étaient déroulées à Saint Agnan, Arnaud MONTEBOURG avait clairement indiqué quelle devait être la stratégie du P.S. : ne pas négocier avec le Modem et le NPA et les marginaliser en proposant un projet qui rassemble toute la gauche.

Les derniers sondages connus montrent que c’est ce qui se passe, le Modem et le NPA sont autour de 4 % d’intentions de vote aujourd’hui.

Peut-on raisonnablement négocier avec un parti qui, dès l’annonce de la relaxe de Dominique de VILLEPIN, par la voix d’un de ses principaux animateurs, Robert ROCHEFORT, appelait à un rapprochement entre le Modem et VILLEPIN !

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article