POURQUOI UN BOUCLIER RURAL?

Publié le par Rénover Maintenant 21

didier recCe vendredi 24 juin, à l’invitation de la section P.S. Paul Valtot et de son secrétaire, Jean-Philippe HUELIN est venu parler du Bouclier Rural.

Il nous a expliqué comment, avec son complice Gaël BRUSTIER, à partir d’une analyse des résultats du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen d’une part et ceux de l’élection présidentielle de 2007 d’autre part ils en étaient arrivés au constat que l’idée que l’on se fait, que les commentateurs politiques et les politiques eux-mêmes se font, de la ruralité est totalement erronée.

La France rurale d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec l’image traditionnelle du paysan, de l’agriculteur de droite : les agriculteurs ne représentent plus que 7% des actifs en milieu rural alors que les ouvriers en représentent 30% !

Petit à petit les coûts conjugués de l’immobilier dans les centres villes et du foncier ont rejetés les jeunes couples d’ouvriers et d’employés au-delà de la seconde couronne des grandes villes, dans la campagne, et doucement on est passé de la mixité sociale dans les villes à la ségrégation sociale entre les villes et la campagne.

Cette analyse détaillée, on la retrouve dans le livre qu'ils ont co-écrit : "Recherche le peuple désespérément" Bourin Editeur

Aujourd’hui cette population est la première victime de la mondialisation, des fonds de pension et des délocalisations. A ce sujet Jean-Philippe HUELIN évoque le livre de Nicolas RENAHY , « les gars du coin » qui dépeint cette situation, il parle de ce qui se passe à SAINT-CLAUDE, pour les ouvriers de MBF-TechnologiesArnaud MONTEBOURG devrait se rendre, à son invitation, le 30 juin prochain.

La suppression des services publics contribue à accentuer cette situation de misère sociale.

C’est dans ce contexte que Fabien BAZIN, maire et conseiller général de LORMES dans la Nièvre, « au volant de sa voiture » a eu l’idée du Bouclier Rural qui par le biais d'une note du Laboratoire des Idées du P.S. s’est concrétisé par une proposition de loi qui est venue devant l’assemblée le 24 mars 2011, non sans mal, certains élus de gauche n’en voyant pas l’intérêt et ceux de droite craignant qu’elle ne leur coupe l’herbe sous le pied... !

L’exposé de Jean-Philippe HUELIN trouve un écho dans la salle où tour à tour sont évoqués les méfaits de la mondialisation avec son cortège de délocalisations et l’impuissance actuelle des politiques, la désertification médicale et la problématique des transports.

A la lumière de cet échange on ne peut pas ne pas s’interroger sur ce qui s’est passé en Côte-d’Or lors des élections cantonales de 2008 et de 2011 avec la montée du Front National.

Bien sûr, la question des primaires a été abordée, mais ça, c’est une autre histoire…

Publié dans DEMONDIALISATION

Commenter cet article

Gérard21 26/06/2011 08:56



En écoutant jean-Philippe, en lisant son livre écrit avec Gaël, comment ne pas penser à la proposition de démondialisation portée par Arnaud Montebourg .