P.S.: IL Y A DES CANDIDATS AUX PRIMAIRES!

Publié le par Rénover Maintenant 21

La victoire de Sarkozy à l’élection présidentielle de 2007 et la rude bataille de primaires internes improvisées pour départager trois candidats dont la légitimité n’était pas forcément avérée avaient laissé le P.S. et la gauche dans un état de déshérence totale.

Le volontarisme présupposé du nouveau président, ses promesses alléchantes laissaient entrevoir aux  français des lendemains qui chantent.

Dans ce contexte, quelques personnalités réputées de gauche ainsi que certains membres éminents du P.S ont pensé qu’il était préférable pour eux de rejoindre le camp d’en face, DSK en acceptant le poste très lucratif de Directeur du F.M.I. fut de ceux-là, laissant le soin à ses camarades, aux militants de se relever les manches et de tenter de recoller ce grand parti en miettes.

Petit à petit, surmontant les sarcasmes de la droite, de la presse et les critiques, permanentes, et parfois violentes des amis de Ségolène ROYAL, Martine AUBRY, avec son équipe, a remis le P.S. au travail, et l’a engagé sur le chemin de la rénovation, rénovation du parti, rénovation des pratiques.

Rénovation, voire révolution, en ce qui concerne la désignation du (de la) candidat-e avec l’adoption par une majorité de militants du système de primaires ouvertes.

Et voilà, qu’à la grande surprise des journalistes, des commentateurs et autres politologues distingués, il y des candidats à la candidature au sein du P.S.!

La probabilité d’une victoire en 2012 n’étant pas nulle, les appétits s’aiguisent, c’est vrai.

Les intellectuels de gauche, les camarades du P.S. qui ambitionnent un poste ministériel, la droite (!), s’appuyant sur des sondages dont on connaît la valeur en la matière ( BALLADUR en sait quelque chose), ont décrété que DSK serait le seul candidat de « gauche » crédible pour 2012.

Dans cette compétition certains se sont déjà déclarés clairement Manuel VALLS, Arnaud MONTEBOURG, Ségolène ROYAL d’autres, comme François HOLLANDE, font campagne doucement sans le dire, en disant même qu’ils respectent le calendrier.

Et puis il y a ceux qui se détermineront en fonction de la position de DSK.

Ce qui est important, pour les militants, pour le parti et surtout pour les français, c’est ce que chacun proposera, quelle vision, quel chemin pour reconstruire le pays et changer la politique.

Selon le vieil adage, ceux qui ne font rien ne se trompent pas, DSK ne s’étant pas mouillé, en tout cas pas directement et publiquement, ni dans la rénovation du P.S. ni dans la conduite de l’opposition à la politique du président actuel, ni dans la réflexion sur les grands thèmes objets des différentes conventions tenues par le P.S., il est normal qu’il apparaisse comme compétent.

L’attitude de DSK, génère des conciliabules et des risques de petits arrangements secrets entre amis, elle est totalement incompatible avec la volonté de voir se développer de nouvelles pratiques politiques plus vertueuses au sein du parti, comme le souhaite une majorité de militants.

Que  DSK souhaite être candidat est tout à fait légitime, même si à l’automne 2006, environ 80% des militants qui s’étaient exprimés dans le cadre de la désignation du candidat du P.S. pour l’élection présidentielle de 2007 avaient rejeté sa candidature.

Pour ne pas polluer le climat au sein du P.S. dans cette période qui précède les primaires, pour ne pas polluer les primaires, DSK ne doit pas se livrer à de sordides calculs. Il doit  prendre ses responsabilités et faire connaître clairement ses intentions.

Publié dans PRIMAIRES POPULAIRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Henri21 08/12/2010 11:20



Oui, DSK ne se mouille pas dans le cambouis des luttes au sein du PS pour y faire triompher ses idées.


Mais on a vu ce qu'il a fait quand il était ministre, il a pas mal privatisé, était-ce vraiment de gauche ?


Depuis qu'il est au FMI, il impose aux Etats et aux peuples en difficulté des plans de rigueur et une austérité pour le principal bénéfice des financiers, responsables de la crise, sans rien leur
demander en retour : est-ce là aussi vraiment de gauche ? J'aimerais bien au moins qu'il s'en justifie, qu'on connaisse sa version.


Qu'attendre de bon de sa part ?