Monsieur MINC perd ses nerfs.

Publié le par Rénover Maintenant 21

démondialisationA la suite de la publication du livre d’Arnaud MONTEBOURG, « Votez pour la démondialisation! », Monsieur MINC, dont on connaît le parcours quelquefois « sinueux » dans les entreprises du CAC 40 et conseiller officieux du président de la République s’est exprimé sur le sujet sur le site Nonfiction.fr dont le créateur et rédacteur en chef n’est autre que Frédéric MARTEL, ancien collaborateur de Martine AUBRY, qualifiant de « débilités » les positions d’Arnaud MONTEBOURG sur la démondialisation  et le classant dans la catégorie des "connards antieuropéens" au même rang que LE PEN (fille)

Cette attitude est un signal qui montre que, dans le contexte des « indignados » de Madrid et de leurs homologues grecs, les tenants d’une mondialisation triomphante et flamboyante perdent leur sang froid.

Déjà M. MINC n’avait pas su garder son self-control, face à Xavier MATHIEU, le représentant CGT des CONTI, lors de l’émission « Salut les terriens » de Thierry ARDISSON sur Canal +, montrant clairement son dédain pour les classes populaires, les petites gens, aveuglé qu’il est par le dogme du libre échange effréné et du capitalisme financier mondialisé. Pour Monsieur MINC  « le monde est ce qu’il est, on peut regretter qu’il le soit, mais on ne peut pas le changer ».

Bien entendu, Arnaud MONTEBOURG ne s’est pas privé de lui répondre clairement au Grand Journal de Canal+, on peut compter sur lui !

Dans un petit ouvrage intitulé « Comprendre les économistes », paru il y a deux ans, Denis CLERC relève que « la mondialisation commerciale a deux effets contradictoires. D’abord elle fait baisser les prix … Mais cela se traduit aussi par des suppressions d’emplois et des délocalisations ».Dès lors la seule question qui vaille est de savoir si le bilan est positif  c’est à dire de savoir si le pouvoir d’achat distribué aux consommateurs français créera plus d’emplois que les délocalisations en auront détruits.

Denis CLERC l’avoue, si l’OMC répond oui à cette question, des économistes comme T. PALLEY ou P. KRUGMAN démontrent le contraire !

Dans son livre « Votez pour la démondialisation !» Arnaud MONTEBOURG indique que « l’économiste Jacques SAPIR estime que les pertes directes et indirectes liées aux délocalisations représenteraient environ 4% de la population active, c'est-à-dire presque la moitié du chômage actuel »[p.31]

En fait les arguments des économistes libéraux ne tiennent que par la volonté de maintenir les privilèges de quelques uns, ceux qui possèdent les entreprises du CAC 40, au détriment de ceux qui travaillent. Même l’argument, cher à M. MINC,  d’une mondialisation qui permettrait  aux chinois d’accéder à la classe moyenne ne tient pas : seul 5% de la population chinoise gagne plus de 20 000 $ par an et les 400 millions de chinois sortis de la pauvreté, l’ont été grâce à la fixation du seuil de pauvreté à 0,40 $ par jour ! [p.40]

Ce que propose Arnaud MONTEBOURG, c’est tout simplement de redonner au politique, à la République le rôle qu’ils n’auraient jamais dû abandonner aux entreprises et à la finance à savoir discipliner l’économie pour le bien de tous.

Publié dans DEMONDIALISATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article