Les Medias et les Primaires

Publié le par Rénover Maintenant 21

Le parti socialiste, après le désastreux congrès de REIMS et les soubresauts qui s’en sont suivis, est à nouveau au travail, les choses progressent, c’est indéniable, et le résultat des élections régionales en témoigne.

 

Ce travail, auquel l’ensemble des militants et des sympathisants est associé, se fait au sein des sections, ce qui est traditionnel, mais aussi avec des outils nouveaux dont nous avons déjà parlé, la Coopol et le Laboratoires des Idées.

 

Ce travail va déboucher dans les semaines qui viennent sur des votes en sections et des conventions nationales dont le calendrier a été adopté à l’unanimité lors d’un récent Conseil National de notre parti : Nouveau modèle de développement (29 mai 2010), Rénovation (3 juillet 2010), International (9 octobre 2010) et Egalité réelle (11 décembre 2010) et ainsi préparer l’avenir avec l’élaboration du projet en vue, en particulier, de l’élection présidentielle de 2012; pour cette élection, des primaires ouvertes pour désigner notre candidat(e).

seront mises en œuvre.

 

La feuille de route est on ne peut plus claire et, pour nous socialistes et partisans de longue date de la rénovation de notre parti, il faut bien le dire, enthousiasmante.

 

La réalité de cette démarche qui, rappelons-le a été acceptée par une majorité de militants en octobre 2009, constitue déjà, compte tenu du contexte créé par les échecs successifs aux élections présidentielles depuis 1995, une formidable avancée qui, pourtant, ne semble pas avoir encore eté intégrée par la corporation des journalistes politiques et autres politologues de tout poil qui présentent une forte résistance au changement.

 

Informer les français du travail réalisé par le parti socialiste paraît au-dessus de leurs forces, quant aux primaires ils ne cessent d’expliquer à longueur d’éditoriaux, d’enquêtes d’opinion qu’elles se résumeront en un combat d’ego entre Martine AUBRY, DSK, Laurent FABIUS et Ségolène ROYAL autrement dit un 2007 bis, les plus audacieux ou les plus perfides ajoutant Manuel VALLS et Pierre MOSCOVICI pour souvent insinuer que ça ne marchera pas.

 

Cette attitude montre que dans l’esprit  des spécialistes de l’observation de la vie politique, en France, ne peut être candidat à l’élection majeure de la vie publique que quelqu’un qui a gravi un à un les échelons du pouvoir, qui a occupé plusieurs postes ministériels et que seul ce parcours peut donner de la légitimité et de la crédibilité à une candidature, c’est d’un conservatisme et d’une ringardise consommés !

 

Les primaires ouvertes doivent permettre de trouver un leader pour la gauche qui soit son candidat pour 2012, de générer une dynamique mais aussi de faire émerger des talents nouveaux.

 

A moins que l’attitude des médias, dont on connaît la proximité de leurs patrons avec le pouvoir, ne soit une façon de saper le travail réalisé par les socialistes…allez savoir !

Publié dans MEDIAS

Commenter cet article