L'AFFAIRE JEAN SARKOZY

Publié le par Rénover Maintenant 21

Cette semaine a été agitée par ce qu’il est convenu d’appeler « L’affaire Jean SARKOZY ».Tout ce remue-ménage politico-médiatique va bien au-delà de la simple question de l’âge du jeune homme, de son absence de diplôme ou de son manque  d’expérience ;  elle n’est que la partie visible d’une vaste opération qui a commencé il y a plusieurs mois et qui doit, après l’affaire DASSAULT à CORBEIL, nous interpeller sur ce que devient notre démocratie aux mains, non pas de l’UMP, mais du clan SARKOZY.

L’affaire commence le 15 juillet 2009 lorsque SARKOZY père  signe un décret par lequel il  nomme  au Conseil Economique et Social Monsieur Hervé Marseille, maire Nouveau Centre de Meudon et conseiller général.

Il se trouve, par le plus grand des hasards, que ce monsieur est aussi le second représentant du Conseil Général des Hauts-de-Seine  au Conseil d’Administration de l’EPAD, le premier étant Monsieur DEVEDJIAN, président de ce même Conseil Général.

Monsieur MARSEILLE  démissionne alors de son poste d’administrateur de l’EPAD.

Le 3 août 2009, le préfet des Hauts-de-Seine adresse à la ville de Nanterre un projet de décret prévoyant la fusion entre l’EPAD (établissement public chargé de l’aménagement de la Défense, présidé par le Président de Conseil Général  des Hauts de Seine, DEVEDJIAN et l’EPASA (chargé de l’aménagement de l’axe Seine Arche, présidé par le maire de Nanterre). Ce projet prévoit également une extension du périmètre d’intervention de ce nouvel établissement public sur la commune de NANTERRE  qui couvrira quasiment 50% du territoire de la ville, augmentant, par là même, le potentiel de l’établissement en termes de réserves foncières.

Par ailleurs, une des dispositions de ce décret, concocté par Matignon, prévoyait de repousser au-delà de 65 ans l’âge limite pour présider le nouvel établissement public afin de permettre à DEVEDJIAN de terminer son mandat et de rester en poste jusqu’aux élections cantonales de 2011, ce qu’il souhaitait.

Après passage à l’Elysée cette disposition disparaît : exit DEVEDJIAN de la présidence de l’EPAD.

Le chemin était donc libre pour que papa SARKOZY puisse placer le fiston !

Il faut rappeler au passage, que, candidat à la présidence du groupe UMP-Nouveau Centre du Conseil Général des Hauts-de-Seine en 2008, Hervé MARSEILLE, alors soutenu par Patrick DEVEDJIAN, s'était fait souffler la place par Jean SARKOZY !

La ficelle est un peu grosse, mais, en contrôlant les ressources foncières disponibles sur ce territoire, l’opération permet  à SARKOZY père de contrôler l’aménagement du quartier d’affaires de la Défense, le plus grand d’Europe, pièce maîtresse dans le projet d’aménagement du Grand Paris et cela en court-circuitant les élus locaux dont le rôle est réduit à néant.

Il s’en est suivit une compétition de "cirage de pompes" tout à fait  méprisable pour justifier l’injustifiable et dont les médailles d’or et d’argent ont été remportées, respectivement, par messieurs CHATEL et JEGO, ces messieurs déplaçant cette lamentable manipulation sur le terrain du fascisme et du délit de faciès : grotesque.

Ne parlons pas de la comparaison faite entre le jeune SARKOZY et Martine AUBRY, là on frôle le ridicule.

Tout ceci, après l’affaire Frédéric MITTERRAND, est assez nauséabond et donne de la France une image tout à fait déplorable que les journaux étrangers ne se sont pas privés de souligner. Avec SARKOZY la France est descendue bien bas, au niveau de l’Italie de  BERLUSCONI, c’est dire!

Tout ceci impose au Parti Socialiste et à la gauche toute entière de se rassembler et de proposer aux français une véritable alternative en 2012. Le Parti Socialiste  doit creuser son sillon et élaborer un projet authentiquement de gauche, sans compromission, en dehors des palabres d’appareil et  répondant aux défis du 21ème siècle. 

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article

Gérard 19/10/2009 21:34


Pour en savoir un peu plus sur l'EPAD et sa gestion aller sur ce lien : http://www.facebook.com/home.php?#/note.php?note_id=161717017399&ref=nf