EXPULSION

Publié le par Rénover Maintenant 21

PREF2Cette semaine, à DIJON, deux manifestations ont eu lieu, devant la préfecture,  à propos d'une famille tchétchène dont le père a été expulsé de FRANCE.
Vendredi 18 février, la préfète a refusé de recevoir une délégation.

La famille va sans doute rejoindre le père en Pologne la semaine prochaine et peut être expulsée dans son pays d'origine.
C'est un cas typique de demande purement humanitaire, c'est à dire par humanité. Des personnes malheureuses, à la rue ici à Dijon, et qui risquent beaucoup si on les expulse.

Vous pouvez les soutenir en adressant la lettre, ci-dessous,à la Madame la Préfète à cette adresse : pref-etrangers@cote-dor.gouv.fr

 

Madame la Préfète,

 

Le RESF m'informe des faits suivants :  

La famille ABOUBAKAROV, Tchétchène, est arrivée en octobre à Dijon pour fuir les persécutions. Le père était devenu sourd et muet suite aux sévices qu'il avait subis pendant les guerres de Tchétchénie.

Le mercredi 9 février, la gendarmerie a interpelé M. ABOUBAKAROV et l'a envoyé au centre de rétention de Nîmes. Il a ensuite été expulsé vers la Pologne, où il est actuellement détenu à cause de son origine, et risque d'être envoyé en Russie, où sa vie sera en danger.

Sa femme s'est retrouvée à la rue, avec ses quatre enfants, sans affaires, sans couche ni lait pour le nourrisson ; elle n'a même plus de papiers (saisis par la gendarmerie) pour monter un dossier de recours !

La Cimade et le RESF avaient dans un premier temps obtenu un hébergement d'urgence de trois jours pour la mère et ses enfants. Puis ils avaient été envoyés à leur tour au centre de rétention de Nîmes. Le Juge des Libertés a décidé leur libération, et la famille est revenue à Dijon. Mais son recours a été refusé. Aujourd'hui, ils risquent à nouveau d'être expulsés vers la Pologne. 

Madame la Préfète, nous faisons appel à votre humanité afin que vous permettiez à Mme ABOUBAKAROV de rester à Dijon au moins le temps que la situation de son mari soit résolue. Nous demandons aussi que cette famille soit autorisée à déposer son dossier de demande d'asile en France. 

Je vous prie d'agréer, Madame la Préfète, l'assurance de mes sentiments citoyens. 

 

Transmis par Henri 

Commenter cet article