De l’égalité des chances à l’égalité réelle…

Publié le par Rénover Maintenant 21

Mardi soir 9 novembre, le Conseil National du P.S. s’est donc prononcé pour le texte sur l’égalité réelle présenté par Benoît HAMON.  

Ce texte s’inscrit dans une série de réflexions que le Parti socialiste a engagée en vue de l’élection présidentielle de 2012.  

Sur ce texte, il faut relever trois points essentiels :

D’abord, comme il est indiqué dans l’introduction, il s’agit d’ « une feuille de route pour 5,10 et 15 ans », c’est de cela dont a besoin le P.S., donner un cap pour la France et les français.

Ensuite, il s’appuie sur ce  constat social analysé par le sociologue Camille PEUGNY : le déclassement.

Enfin, il tient compte de la séquence sociale que le pays vient de vivre.  

La politique menée par le gouvernement actuel a considérablement dégradé le climat social dans notre pays et les manifestations contre la réforme des retraites qui viennent de se dérouler ont permis à de nombreux français, peu habitués à fréquenter ce genre d’événement, à exprimer dans la rue leur mécontentement et ce huit fois de suite.

Au nom d’une supposée crédibilité du P.S. ignorer ce fait serait une erreur politique.  

Face à cette politique , il n’y aurait rien à faire?

Nul ne conteste que la situation économique soit extrêmement difficile. Mais cette situation n’est pas « tombée » sur la France et sur le monde comme une malédiction, une force surnaturelle contre laquelle l’homme serait impuissant. Elle est le résultat de choix économiques validés par toute une génération d’hommes politiques anglo-saxons et européens dont les effets néfastes ont été amplifiés par la mondialisation libérale et la financiarisation du capitalisme. Choix au cœur desquels se trouve l’avidité du gain maximum dans un minimum de temps et qui ont été à l’origine de la crise que nous traversons.  

SARKOZY a décidé de fondre la France dans ce système de façon irréversible en détruisant tout ce qui faisait la spécificité du modèle français, réduisant le politique, et au passage la majorité du parlement, au rôle de laquais du capitalisme financier. 

Dans dix huit mois les français auront à faire un choix historique et lourd de conséquences. 

Au moment de ce choix,  de quel homme auront-ils besoin ?  

Aujourd’hui le courage politique n’est pas de se "coucher" devant le MEDEF et la CHINE réunis, le courage politique n’est pas de mettre en œuvre une politique qui reçoit la bénédiction du FMI. 

Le courage politique est de se dresser et de dire NON à un système qui mène le monde à sa perte. 

En 2012, la France n’aura besoin ni d’un illusionniste ni d’un professeur d’économie, elle aura besoin d’un homme qui saura proposer aux français une véritable alternative à la politique actuelle basée sur plus de justice sociale et une égalité réelle et les motiver à construire une  France nouvelle.

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article