FRANGY 2007

Publié le par Rénover Maintenant 21

La 35ème édition de la Fête de la Rose de FRANGY a été marquée par une nouveauté : la tradition voulait que soit invitée une personnalité de premier plan, il y eu dans le passé  Jack LANG et en 2006 Ségolène ROYAL dans le contexte que l’on sait.
Cette année, point de personnalité, Arnaud MONTEBOURG accueillait un collectif représentatif de la volonté de faire rentrer le P.S. dans le réel.
Après le discours introductif d’Arnaud MONTEBOURG, qui ne s’est pas privé d’une charge contre la politique néfaste du nouveau Président de la République, sont intervenus tour à tour Philippe MARTIN à propos du développement durable, Sandrine MAZETIER dénonçant la réformette des Universités de Sarkozy et affirmant que la  réforme de l’école s’impose.
Puis ce fut le tour de Manuel VALLS qui a insisté sur des thèmes comme l’insécurité qui ont été trop longtemps abandonnés à la droite par le P.S et qui ont conduit dans les cités les jeunes délinquants à préférer les règles du chef de la bande aux valeurs républicaines.
Mais il a surtout insisté sur la nécessité pour le P.S. de redonner du sens « à ce mot magique de solidarité ».
Elue de Moselle, Aurélie FILLIPETTI a rappelé qu’il existe encore une vraie classe ouvrière et que le P.S. ne doit jamais l’oublier avant que Gaétan GORCE ne conclue sur l’impérieuse exigence pour le P.S. de s’engager sur la voie de la rénovation.
Ce matin, certaines chaînes de télévision, par un habile montage entre les interventions de FRANGY et celle de Ségolène ROYAL à MELLE ont tenté de démontrer que le PS ne pouvait se sortir de ses querelles internes.
L’idée même qu’une démarche collective initiée par Arnaud MONTEBOURG puisse faire avancer les choses au P.S. est tellement insupportable à certains qu’ils s’en remettent aveuglément aux manipulations médiatiques, se faisant ainsi les alliés objectifs de l’UMP comme cela a été le cas pendant toute la campagne présidentielle.
C’est dommage, car comme l’a dit Arnaud MONTEBOURG l’heure n’est plus aux débats de courants, de clan, de chapelle. EPINAY c’était il y a 36 ans, il faut tourner la page.

Publié dans RENOVATION

Commenter cet article