LE ROI DE LA COM.

Publié le par Rénover Maintenant 21

Monsieur SARKOZY a un service de communication redoutable. Ce dimanche, en fin d’après-midi (heure française), en donnant une conférence de presse, au sujet des affaires en cours, devant quelques valets dépêchés sur place pour transmettre la bonne parole, il a retourné la situation à son avantage, dans la mesure où les questions posées étaient d’une rare complaisance.
Il a évoqué la libération des infirmières otages bulgares, les contrats d’armement et l’accident de manège à la Fête des Loges ! A cette occasion, il a réaffirmé sa volonté de garantir le droit pour chaque français de monter sur un manège dans une fête foraine en toute sécurité : à quand le droit opposable à la sécurité sur les manèges…!
Nous n’avons rien appris que nous ne connaissions déjà: c’était « Voici » en direct, il a parlé de ses vacances, de la villa prêtée par des amis, brocardant au passage, ceux qui s’émeuvent du coût de location d’une telle villa.
C’est vrai, en faire des tonnes sur ce type de sujet est puéril : le débat n’est pas là et c’est entrer dans le jeu, le piège, de SARKOZY.
Ses conseillers en communication ont compris que les français qui ont voté pour lui, sont abreuvés sur TF1, de feuilletons américains et se ruent chaque semaine, sur les « Paris-Match », « Voici », « Gala » et autres fleurons de la presse « pipôle », sont béats de voir leur président, en vacances, dans une villa au bord d’un lac américain .
D’un côté il endort les français avec la théâtralisation et la mise en scène de sa vie privée, de l’autre il porte des attaques sournoises aux droits des travailleurs pour, dans le même temps, mettre en place une politique ultra-libérale comme jamais les français n’en ont connue.
La vie de Monsieur SARKOZY, de sa femme et du p’tit LOUIS, les français n’en ont que faire.
Le 2 août dernier, dans le journal Libération,  Arnaud MONTEBOURG dénonçait ces dérives politico-médiatiques.
Nous devons travailler sur le fond et non sur l’image.

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article