LE TOUR DE FRANCE DANS LA TOURMENTE

Publié le par Rénover Maintenant 21

Il y a dix ans, l’affaire « Festina » défrayait la chronique médiatico-sportive : on découvrait avec horreur que les coureurs du Tour de France se dopaient.. !
Aujourd’hui, le maillot jaune se retire, dans la nuit, comme un voleur, à quelques jours de l’arrivée à Paris, licencié par son employeur après l’avoir été par les instances fédérales danoises.
Un italien, un allemand, un kasakh ont été contrôlés positifs, leurs équipes elles aussi, ont quitté le Tour.
Le directeur d’A.S.O, organisateur du tour de France est satisfait : il y a dix on découvrait le dopage dans le milieu cycliste, aujourd’hui on découvre que l’on sanctionne le dopage…(France 2 journal de 13h du 25/07/2007)
Quelle hypocrisie ! En dix ans, rien a changé, ou plutôt si, les fraudeurs trouvent des moyens de plus en plus sophistiqués et de plus en plus difficiles à détecter.
En dix il y a eu Lance ARMSTRONG et Floyd LANDIS et beaucoup d’autres.
Si des banques, des opérateurs de téléphonie, des organismes de retraite investissent des sommes considérables dans des équipes cyclistes pour venir courir le Tour de France ( 3ème épreuve sportive mondiale), c’est pour les retombées financières qu’ils en espèrent et c’est donc pour gagner.
De son côté, le coureur victorieux se partage le magot avec ses équipiers, les derniers ne touchent, pour les 3 semaines que dure l’épreuve, que l’équivalent du SMIC !
Alors dans ces conditions, l’esprit sportif…
C’est le système qui est pourri, il a pourri le cyclisme comme il a pourri tous les autres sports et comme il pourrit la société toute entière.
Le cas Rasmussen était très simple, le règlement du cyclisme international prévoit que les coureurs doivent indiquer à leurs instances dirigeantes tous leurs déplacements pour permettre les contrôles inopinés : il n’a pas respecté cette règle, il ne devait pas prendre le départ.
Mais voilà, entre A.S.O. et l’Union Cycliste Internationale ce n’est pas le grand amour parce que leurs intérêts financiers ne sont pas toujours convergents.
Dans cette affaire, Monsieur RASMUSSEN avait aussi une avocate de poids (sans jeu de mot…) en la personne de Madame la Ministre de la Santé et des Sports, qui a déclaré sur une chaîne de télévision qu’il n’y avait pas matière à empêcher Monsieur RASMUSSEN de courir le Tour de France 2007, montrant là, sa totale incompétence. Il est vrai qu’elle ne bénéficie pas encore des conseils éclairés de son sous-ministre, trop occupé à faire de la pub pour du jambon à la télé …
La réaction du gouvernement français, en la matière, reste dans la droite ligne de sa philosophie générale : il faut encore plus sanctionner et sanctionner les lampistes, pas les patrons.
Il est vrai qu’en France depuis quelques années les sponsors ont tendance à jouer la carte de la « propreté », ce qui fait que l’on assiste aujourd’hui à un Tour de France à deux vitesses et que les coureurs français des équipes françaises sont plutôt amers.
GérardRM21

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article