CULTURE ET INTERMITTENTS

Publié le par Rénover Maintenant 21

La culture semblait être la grande absente de la campagne présidentielle : on a bien entendu, ici ou là, Sarkozy dire qu’il supprimerait le ministère de la culture pour le fondre dans le ministère de l’Education Nationale ou Le Pen vouloir revenir au ministère des Beaux Arts.
Ségolène Royal avait évoqué le sujet à plusieurs reprises au cours de différents discours à Villeurbanne, Frangy-en-Bresse ou plus récemment à Vitrolles, mais c’est ce lundi 26 mars qu’elle organisait, à NANTES, des rencontres culturelles au Lieu Unique, ancienne biscuiterie nantaise reconvertie en centre culturel.
Elle a rappelé que la culture se trouve au coeur du Pacte présidentiel en énonçant dix propositions représentant les axes forts de ce que serait la politique culturelle menée sous sa présidence.
Elle a notamment plaidé pour le renforcement de l'éducation artistique à l'école et rendu hommage au rôle des intermittents, pour lesquels il est nécessaire de pérenniser un système de soutien par la défense des métiers artistiques et techniques du spectacle.
Sur ce dernier point, il faut savoir qu’aujourd’hui le système est pervers.
Souvent dans les petites productions la part budgétaire pour les moyens techniques, comme le son, est réduite à sa plus simple expression.
Il en résulte que les techniciens ne sont rémunérés que par le biais de dédommagements de frais (repas, déplacements, logement) qui n’ouvrent pas le droit à une protection sociale (santé, retraite) et qui ne permettent pas d’atteindre le quota d’heures pour prétendre à une indemnisation des périodes chômées.

Et pourtant sans ces techniciens le spectacle ne pourrait exister.

Publié dans PRESIDENTIELLES 2007

Commenter cet article