ENVIRONNEMENT

Publié le par Rénover Maintenant 21

DEVELOPPEMENT DURABLE

 Propositions pour le débat par Henri MARTIN  

 

Premier point : l’énergie.

 

L’utilisation de plus en plus considérable, depuis deux siècles, des énergies fossiles, projette dans l’atmosphère une couche de plus en plus dense de GES (Gaz à Effet de Serre). Ces GES sont la cause d’un réchauffement climatique dont les conséquences seront bientôt dramatiques. 

 

Il faut donc diminuer notre consommation d’énergie ; améliorer l’efficacité de tous nos appareils, qui produisent et consomment de l’énergie ; multiplier les sources d’énergies renouvelables.  

 

Les mesures nécessaires sont connues de tous et applicables dès maintenant. Ces mesures, rappelées par Nicolas Hulot, font l’objet d’un quasi consensus : son pacte écologique  a été signé par 500.000 personnes en France.  

 

La première nécessité est de taxer les énergies d’origine fossile. Les conseils, les appels à la vertu citoyenne, les incitations fiscales même, ne suffisent plus. Il faut taxer pour réduire les consommations, et utiliser cet argent pour financer les économies renouvelables, et pour accompagner le financement des plus démunis.  

 

Second point : le nucléaire.  

 

Ce point est un cas particulier, important, du cas général de l’énergie.  

 

L’énergie nucléaire coûte cher, si on inclut tous les frais de recherche ( payés par l’impôt), le coût induit sur la santé (payé par chacun, et par nos cotisations sociales), le coût du démantèlement des centrales et le coût futur de retraitement et de stockage des déchets (sur lequel règne l’opacité). Sans parler du risque, très improbable nous dit-on, mais considérable s’il se produit, d’un « accident majeur » au sein d’une centrale.  

 

Certes, le nucléaire produit moins de GES que les autres énergies fossiles ; mais comme le pétrole, l’uranium n’est pas inépuisable, et nous devons l’acheter à d’autres pays.  

 

Le Parti Socialiste s’est engagé dès 2004 à refuser la  construction de l’EPR, future génération de centrales nucléaires. Nous devons créer un scénario énergétique détaillé, pour bâtir notre avenir en démantelant les centrales nucléaires actuelles au fur et à mesure de leur fin de vie et sortir du nucléaire en mettant en œuvre d’autres solutions.  

 

Troisième point : l’agriculture.  

 

1)      taxer les pesticides et l’azote, afin de ralentir leur utilisation, et avec cette taxe, alimenter le budget européen des primes agricoles.  

 

2)      maintenir la préférence communautaire européenne pour les produits agricoles, et taxer les produits importés, comme le soja.  

 

3)      arrêter toutes les subventions aux produits agricoles.  

 

4)      conditionner l’octroi de primes agricoles à un cahier des charges de respect de l’environnement.  

 

Quatrième point : l’eau.  

 

L’eau est un bien précieux.  

 

1)      faire payer (progressivement) l’eau au même prix par tous : son prix de revient. Ceci donc pour tout le monde : particuliers, entreprises, paysans,…  

 

2)      obliger toutes les constructions neuves à mettre un système de récupération de l’eau de pluie. Favoriser (incitations fiscales) ces systèmes dans l’habitat ancien.  

 

Cinquième point : les déchets.  

 

1)      organiser le paiement au poids des déchets ménagers
Faire connaître le bilan des expérimentations déjà effectuées. 

 

2)      favoriser, par des mesures fiscales, les entreprises qui mettent sur le marché des produits qui génèrent peu ou pas de déchets.  

 

3)      organiser en habitat collectif le compostage des déchets végétaux.  

 

Sixième point : croissance ou décroissance ?  

 

On nous dit que la croissance est nécessaire pour créer des emplois. 

 

Or, l’empreinte écologique d’un humain est de 1 ,5 hectare (superficie pour produire tout de qu’il consomme et pour éliminer tous ses déchets). Celle d’un Français est de 6 hectares. Ces deux chiffres nous indiquent que le mot « croissance » est explosif.  

 

Proposition 1 : arrêtons de mettre la croissance dans nos mots d’ordre.  

 

Proposition 2 : dans toutes les statistiques, remplaçons l’indicateur PIB (Produit Intérieur Brut) par un, ou des, indicateurs, plus conformes aux vrais besoins humains : PID (Produit Intérieur Doux), IDH (Indicateur de Développement Humain),…

 

 

Publié dans ACTUALITES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article