LES LETTRES DE MARTINE AUBRY

Publié le par Rénover Maintenant 21

Martine AUBRY a beaucoup écrit ces derniers temps...Une lettre aux militants, une autre lettre aux responsables des partis  et mouvements de gauche et écologistes alliés traditionnels du PS. Et enfin une à manuel VALLS.

 Dans son premier courrier, aux militants, elle déclarait souhaiter engager le rassemblement de la gauche et appelait de ses vœux la construction de la maison commune de toute la gauche. L'intention est bonne

La réponse à cette initiative, proposée dans son second courrier, ne s'est pas faite attendre, et c'est une fin de non recevoir qui lui a été opposée de la part de tous les responsables politiques sauf du NPA qui avait par avance réfuté cette idée de rassemblement initiée par le PS.

Le moment était-il opportun ? Tout de suite après la déconfiture des européennes, la démarche pouvait paraître malhabile et pouvait être ressentie comme une sorte de stratégie pour sauver le PS avec toutes les craintes que cela supposait de la part de partenaires tout ragaillardis par leurs propres scores à ces élections, particulières il faut bien le dire.

Le PRG qui n'avait obtenu aucune place sur les listes du PS, les communistes, le parti de Gauche et surtout les Verts voient sans doute dans la situation actuelle du Parti Socialiste  et  la fin de l'illusion MoDem, une aubaine et l'occasion de s'affirmer à gauche et de reprendre au PS sa position dominante.

C'est la curée, la bête est à terre et la meute se déchaîne et s'acharne !

Pourtant, dans cette lettre il y a quelques phrases importantes qui marquent l'état d'esprit de son auteur et qui, au-delà des méfiances et des divergences pouvaient constituer une base  intéressante : « Cela suppose que nous acceptions tous de réévaluer nos certitudes pour dégager ensemble les bases d'une politique alternative. Le Parti socialiste y est prêt. ».

Il s'agit bien avant tout dans cette demande de se rassembler pour élaborer un projet.

En fait, l'argument de nos partenaires potentiels repose sur le fait que nous voudrions rassembler alors que nous sommes nous-mêmes incapables de le faire à l'intérieur de notre propre parti, c'est ce qui doit nous interpeller collectivement.

Le rappel à l'ordre de Martine AUBRY à l'encontre de Manuel VALLS était en cela nécessaire. Tant que nous produirons un discours dissonnant dans les médias nous ne serons pas crédibles : le débat interne oui, la cacophonie non.

A l'UMP les choses sont simples : l'idéologie, la stratégie et le discours sont élaborés à l'Elysée par les conseillers de SARKOZY. Puis du simple militant de base jusqu'au ministre le discours est ânonné au mot près dans les médias, les réunions publiques.

Là aussi l'intention était louable, la méthode à revoir.

Neuf mois se sont écoulés depuis le congrès de REIMS, et pour nous rénovateurs, le compte n'y est  pas : d'un point de vu pratique l'ensemble des militants ne reçoit pas systématiquement la lettre bi-mensuelle du SN à la Rénovation, qui est introuvable sur le site officiel.

S'agissant de la proposition sur les primaires ouvertes, seule figure sur la page d'accueil, la tribune d'Henri WEBER publiée dans Libération, pas de trace du rapport MONTEBOURG -FERRAND! Sur ce point, l'argument  d'Henri WEBER sur la nécessaire pluralité des candidatures à gauche on peut être d'accord mais au niveau d'émiettement où en est arrivé la gauche le risque de ne pas voir le PS au second tour des présidentielles est important.

D'une façon générale son argumentaire semble ignorer totalement la donne actuelle.

Il ne faudrait pas que le SN à la Rénovation soit juste un alibi, un os à ronger pour permettre à ceux qui par leur immobilisme, ont conduit le PS là où il est et qui n'ont pas permis sa rénovation de mener leur jeu personnel au nom de celle-ci.

Nous attendons avec impatience les rendez-vous de FRANGY puis de JARNAC avant LA ROCHELLE !

Publié dans RENOVATION

Commenter cet article