LES EUROPEENNES

Publié le par Rénover Maintenant 21

A l’issue du Conseil National qui s’est tenu le samedi 28 février dernier, Martine AUBRY annonçait avec fierté devant la presse que le PS était rassemblé, pour la première fois depuis le congrès de REIMS et que de ce Conseil National  avait entériné par une très large majorité (189 voix pour, 14 contre et 18 abstentions), les listes pour les élections européennes qui seront soumises au vote des militants le 12 mars prochain.

Cerise sur le gâteau, un texte plate-forme, socle de départ du programme des socialistes pour ces élections, intitulé « Donner une nouvelle direction à l’Europe », a également été présenté après avoir été voté par le Bureau National.

Dès le lendemain, cette belle unité était fissurée par des déclarations  publiques d’un certain nombre de camarades qui sont revenus sur la décision du Conseil National.

Cette attitude est scandaleuse !
 

« [Le Parti socialiste]  repose sur une adhésion volontaire qui demande que les décisions, les textes et les règles, délibérés et adoptés en commun, soient respectés ». Tels sont les termes de l’article 23 de notre déclaration de principe adoptée par la convention nationale du  14 juin 2008.

On peut comprendre la déception de tel ou tel qui, malgré la qualité du travail accompli, se trouve en position défavorable sur une liste.

Naguère encore, ceux-là mêmes qui s’offusquent aujourd’hui de voir celui-ci ou celle-là occuper une place qui ne correspond pas à sa valeur expliquaient avec véhémence que personne n’est propriétaire de son mandat et que ce qui est en jeu c’est l’intérêt du parti.

Alors, quand plus de 80 % du Conseil National a adopté la constitution des listes, au sein du parti, il n’y a pas lieu d’initier une pétition pour invalider cette décision, maintenant c’est aux militants de trancher, en leur âme et conscience, sans pression de toute sorte et d’où qu’elle vienne.

Ce qui est important aujourd’hui et demain c’est de savoir quelle vision de l’Europe notre parti sera capable de proposer aux français. Ce qui est important, c’est que les français ne voient plus dans l’Europe un monstre inhumain, par lequel tous leurs malheurs arrivent, mais au contraire un espace de solidarité qui les protège ; ce qui est important c’est le texte qui a été adopté par le Bureau National.

Le choix des candidats aux élections européennes de juin 2009 et leur position sur les listes ne doivent pas servir de troisième tour à l’élection du 1er secrétaire du PS pas plus qu’ils ne doivent servir de tour de chauffe pour les régionales de 2010 !

Publié dans EUROPE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article