ARNAUD MONTEBOURG CANDIDAT A LA CANDIDATURE ?

Publié le par renover.maintenant 21

Montebourg se sent pousser des ailes

Arnaud Montebourg sera-t-il candidat à l’investiture présidentielle du PS ? Ses amis l’y poussent, son intérêt politique pourrait l’y conduire. Pour l’instant, le député de Saône-et-Loire y réfléchit. Et se déterminera avant l’été. Avant de prendre sa décision, Montebourg a entrepris, comme il le dit lui-même, la « tournée des grands ducs ». Il a d’abord vu Laurent Fabius, en vertu d’un ancien tropisme personnel réanimé par la bataille du non au référendum. Puis, le 2 mai, Ségolène Royal, vers laquelle se sont tournés une grande partie des adhérents de son courant, Rénover maintenant. 

Une discussion de deux heures au cours de laquelle il n’a été question, assurent-ils séparément, que du « fond ». Commentaire de Montebourg, à l’issue de la réunion : « Elle a beaucoup de charme politique, une détermination sans égale et un véritable désir de vaincre. » Commentaire de Royal : « Il a beaucoup de talent. Mais je ne rentrerai jamais dans des considérations de courants. Si nous devons nous retrouver, ce sera sur les idées. » Montebourg, enfin, a décroché son téléphone et appelé Lionel Jospin, auquel il n’avait pas parlé depuis 2002 et avec lequel il n’a jamais été tendre.

Les deux hommes sont convenus de se rencontrer le 18 mai. Pourquoi ne pas avoir vu aussi Jack Lang, DSK ou François Hollande, les trois autres candidats possibles ? « Parce que nos militants ne se posent pas la question d’aller vers l’un de ceux-là », assène Montebourg.

Le candidat du PS aura « besoin d’Arnaud »

Demain matin, le patron de Rénover maintenant réunit à Paris les 150 cadres de son tout jeune courant, afin de leur « restituer » le fruit de ces rencontres. Et assure qu’il prendra sa décision « en fonction du projet du PS. S’il nous convient, on n’a aucune raison de ne pas soutenir celui qui le portera », affirme-t-il. « Le sentiment que le projet du parti n’est pas à la hauteur des problèmes du pays peut le pousser à se porter candidat », prévient le député Christian Paul.

Remis en selle par l’affaire Clearstream, qu’il connaît bien pour avoir mené, en 2001, une mission d’enquête parlementaire sur le blanchiment d’argent sale, Montebourg a été, la semaine dernière à l’Assemblée, le procureur implacable du gouvernement Villepin, demandant la démission du Premier ministre. Et les turpitudes de la fin du règne chiraquien plaident largement en faveur d’une réforme des institutions, dont il a fait son cheval de bataille depuis des années. Mais ce n’est pas tout : Il y a aussi les nouveaux adhérents, dont il espère beaucoup. « Ce sont des adhésions anti-éléphants, c’est bon pour nous », affirme-t-il. Il y a enfin les amis de Fabius, qui le poussent à être candidat, « pour piquer des voix à Royal, qui veut aussi incarner la rénovation ». Il y a surtout, confie un proche, le désir de rappeler au candidat du PS en 2007, quel qu’il soit, « qu’il aura besoin d’Arnaud »…

Nathalie Segaunes

Le Parisien – Aujourd’hui en France  -  Vendredi 12 mai 2006

Publié dans PRESIDENTIELLES 2007

Commenter cet article

gérard 13/05/2006 15:39

Quant à notre "patriote" , d'astreinte ce week-end pour diffuser la propagande dont il se réclame, il est visiblement à court d'idées!
Que vaut-i mieux? un parti où le débat entre militants est vif mais constructif, ou un parti où tout le monde est aux ordres derrière un chef aux portes de la MAPAD?

gérard 13/05/2006 15:28

Par les idées qu'il porte Arnaud MONTEBOURG est le seul à pouvoir incarner la rupture.
Les autres candidats du PS auront (auraient) besoin de lui, la gauche aura besoin de lui, la république aura besoin de lui, la France aura besoin de lui: ARNAUD MONTEBOURG DOIT ETRE CANDIDAT AUX PRESIDENTIELLES 2007 POUR DEFENDRE UNE VRAIE ALTERNATIVE, A GAUCHE, à la politique ultra-libérale menée par la droite depuis 4 ans avec pour principal acteur Sarkozy.
Comment pourrait-on faire confiance à ce dernier, alors qu'il n'a, de la sécurité à l'immigration, résolu aucun problème sur le fond.
Quant à la moralisation de la vie politique, parlons-en, il a dénoncé les turpitudes de son modèle (Chirac), en 94,( HLM de Paris)  lorsqu'il l'a laché pour Balladur et pour servir ses ambitions personnelles.

Alain Piegay 13/05/2006 14:56


Commentaire (3) de Alain Piegay
Dans les conditions actuelles c’est une bonne, une heureuse nouvelle pour les raisons suivantes : La jeunesse, le talent, le renouvellement, le courage politique.
En donnant, la parole, le pouvoir au peuple, cet homme a la capacité de redonner aux français l’espoir, la confiance en eux, en la politique, conditions indispensables pour sortir notre pays de la mauvaise passe, du discrédit ou les politiques menées sous la Ve République l’ont conduit.
Il est capable de proposer de curer les écuries d’Augias de la chiraquie conduite par les lieutenants Juppé, Villepin, Sarkozy, etc…, pour redonner son lustre et ses valeurs intangibles à la République.
Au cours de la présentation, le 29 avril, du projet de Forces Militantes pour la Démocratie & le socialisme " Pour une VI eme République Sociale " Arnaud Montebourg a dit je suis d’accord sur votre projet en réservant quelques modifications mineures, à la marge, mais sur l’ensemble il y a accord. Arnaud a donc un projet à porter à défendre. Les électeurs, ont manifesté scrutins après scrutins, dans les mouvements sociaux, leur refus de la politique ultra libérale menée depuis les années 1970. Cette politique conduit à faire supporter aux plus faibles de plus en plus de rigueur, de plus en plus de contraintes en offrant aux plus aisés de plus en plus de largesse, de faveur. Les inégalités et l’injustice s’accroissent pour atteindre l’insupportable. En portant le projet nous aiderons fortement Rénover, maintenant et FM-D&S.

Le Patriote 13/05/2006 14:49

Excellent la division du PS moribond

Peckinpache 12/05/2006 20:49

Sans aucun doute ce serait une très bonne surprise...un peu de fraîcheur...à contre courants. En ces temps de culte de la personnalité version God is Sarko...il faut un champion, un teingneux, un innovateur.