AU TRAVAIL!

Publié le par Rénover Maintenant 21

Depuis le 6 décembre 2008, date de la présentation par Martine AUBRY de la nouvelle direction du Parti Socialiste, Ségolène ROYAL et ses amis se répandent dans les médias audio-visuels pour critiquer violemment cette nouvelle équipe dirigeante et le fait de ne pas y être présents.

Il s'agit là d'une méthode grossièrement élaborée dès avant le vote des militants sur les motions le 6 novembre dernier.

La victoire de la motion E était un pari osé et, même si, dans la dernière ligne droite les indications montraient une remontée, la motion D connaissait également une forte poussée, dès lors il devenait évident que la motion de Ségolène ROYAL ne pourrait  obtenir la majorité.

Il fallait donc aller chercher dans l'opinion les soutiens qui manquaient au sein des militants socialistes, en espérant un effet boomerang et exploiter les propres turpitudes du P.S. lors de la campagne présidentielle de 2007 pour victimiser la candidate et culpabiliser les militants.

Grâce à l'appui des médias, le système a fonctionné puisque dans l'esprit de nombreux militants on revivait ce qui s'était passé pendant la campagne de 2007, il a d'autant mieux fonctionné qu'il a permis de raviver un certain nombre de divisions internes, comme le vote sur le TCE, créant une confusion dans l'esprit des adhérents.

Cette méthode n'est d'ailleurs pas sans rappeler ce qui s'était passé pour le vote interne sur le TCE où l'appareil du P.S. avait bénéficié du soutien sans faille des médias.

L'attitude de Ségolène ROYAL et de ses porte-flingues, tout au long de cette période, a donc consisté à couper en deux  notre parti.

Le vrai rassemblement il est du côté de Martine AUBRY et de ses amis, la division est du côté de Ségolène ROYAL.

Il est intolérable que cette stratégie se perpétue.

On ne peut pas admettre que des socialistes viennent à la télévision combattre la direction qui a été mise en place. Cette remarque n'est pas, comme le dit Vincent PEILLON, digne d'un état totalitaire, il s'agit de bon sens : le débat interne oui, le dénigrement public systématique et  permanent non !

On a bien compris que Vincent PEILLON avait commencé à prendre ses distances par rapport à cette stratégie, si l'on en croit «  Le Canard enchaîné » (livraison du mercredi 3 décembre 2008: "ça va être très difficile de la faire atterrir!", "Ségolène est devenue dingue") dans l'espoir sans doute de décrocher un poste...mais il semble que les barons régionaux et l'avocat MIGNARD aient plus d'influence auprès de Ségolène ROYAL que lui.

Quant aux 50% des postes de la direction qu'ils réclament, c'est tout simplement une ineptie, comme si Ségolène ROYAL avait réclamé, en mai 2007, que 47% des ministres du gouvernement constitué par SARKOZY viennent du P.S. et de la gauche !

Tout cela est affligeant et il n'est pas sûr qu'au bout du compte cela ne devienne pas contreproductif pour l'équipe de Ségolène ROYAL.

Il faut vraiment que le P.S. se mette au travail, les militants n'attendent que cela.

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article