Appel pour une télévision au service de la démocratie

Publié le par renover.maintenant 21

Après avoir été confronté à ses limites, Arnaud Montebourg met en cause la politique spectacle à la télévision. Avec sa décision de boycotter les émissions de divertissement, il propose à ses collègues parlementaires de faire de même pour contraindre le système médiatique à évoluer. Et il lance pour cela un appel destiné à secouer le CSA, pour une télévision au service de la démocratie. Signé par plusieurs parlementaires, cet appel esproposé à la signature de toutes celles et tous ceux qui en partageront l'esprit et la lettre.

Cet appel a besoin du soutien le plus large de tou(te)s les citoyennes et citoyens pour qui la télévision doit être mise au service de la démocratie.

Pour lire l'appel et le signer cliquez ici

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AL 29/04/2006 21:39

" SERVICE PUBLIC ? TU RÊVES ! [...] L'INTERNATIONNALE REGNE SANS PARTAGE."
Commentaire n° 2 posté par: Un Francais le 29/04/2006 - 17:19:49

*************************************
 
Mais oui, mais oui.
Maintenant, il est temps de prendre votre tisane et d'aller vous coucher, là, monsieur.

Un Francais 29/04/2006 17:19

SERVICE PUBLIC ? TU RÊVES ! NOYAUTÉE PAR LA GAUCHE ET TOUTE LA POUILLERIE D'EXTRÊME GAUCHE CHAÎNE DE MILITANTS STALINIENS CHAÎNE DES CAMARADES ROUGES TOUS, A DES MILLIARDS D'ANNÉES DU PAYS RÉEL TÉLÉSPECTATEURS: TU VAS EN BOUFFER DE LA MERDE, DU PRÊT-A-PENSER - DE GRÉ OU DE FORCE ! PAS D'INQUIÉTUDE, CE SONT TES IMPÔTS QUI FINANCENT TA DOSE QUOTIDIENNE. SANS TON POGNON, ON NE SERAIT PAS EN MESURE DE TE LA FAIRE BOUFFER. ON NE VIT QUE DE TON POGNON ! ON NE SAIT RIEN FAIRE D'AUTRE. AVEC TON POGNON, ON TE RÉÉDUQUE, CAMARADE ! NE T'ATTENDS PAS A CE QU'ON TE FASSE AIMER TON PAYS. AVEC NOUS, TU LE DETESTERAS, JUSQU'A EN AVOIR LA HAINE DE TOI. NATIONAL N'EST PAS NÔTRE. L'INTERNATIONNALE REGNE SANS PARTAGE.

Alain Piegay 28/04/2006 07:52


Je suis tout à fait d’accord avec Arnaud je signe le texte à deux mains et me permet d’apporter les commentaires suivants :Les médias aujourd’hui comme hier sont le reflet de la société. Croire que, dans le système capitaliste mondialisé, ils vont s’améliorer est illusoire. En France nous considérons la presse comme un produit pas comme les autres alors que les anglos saxons la considère comme n’importe quel produit soumis aux lois des marchés financiers. Avec la mondialisation les médias dans notre pays n’ont pas échappé à cette règle. Pourtant l’état consent des aides à hauteur de 10% du chiffre d’affaire pour aider les journaux. Ce n’est pas négligeable et c’est tant mieux pour ce qui reste de pluralité. Alors faut il continuer à accorder sans obtenir de contreparties ? En 1944/45 par manque de courage politique on n’a pas voulu que les entreprises de presse soient à but non lucratif. Elles ont été confiées au patrimoine l’argent est revenu en force. Les rédactions devraient avoir une minorité de blocage dans les société de presse. Certains journalistes vivent mal la situation actuelle et souhaitent une autre forme d’expression plus indépendante. La censure n’est pas édictée mais elle est induite par les conditions de travail et de rendement imposées par les directions financières. Il est notoire que les grands journaux ne sont plus dirigés par des journalistes mais par des financiers.La chartre du journaliste doit être incluse dans les statuts de chaque société de presse.Lorsque la publicité est rentrée dans la presse Girardin pensait que c’était pour faire baisser le prix du journal et obtenir une plus forte diffusion. Actuellement la publicité est devenue la vache à lait la source de profit. Le phénomène est inversé on ne vend plus de la presse aux lecteurs on vend les lecteurs à la pub. Le but étant atteint le résultat est consternant les médias recherchent ce qui va plaire mais pas informer, ce qui va séduire et pas instruire.Le citoyen est en face de l’argent nous devons avoir le courage politique d’inverser cette tendance.Réformer les aides à la presse qui font que les journaux qui en ont le moins besoin en reçoivent le plus. Notre parti ne peut ignorer cet état de fait il devrait faire des propositions pour une amélioration de ce contre pouvoir.