APRES LE VOTE DES MILITANTS DU 6 NOVEMBRE

Publié le par Rénover Maintenant 21

« Le parti socialiste, aujourd'hui fragmenté doit se reconstruire autour d'une colonne vertébrale solide ».

Ces mots, prononcés par Arnaud MONTEBOURG lors des journées d'été de Rénover Maintenant, à SAINT AGNAN, ne peuvent pas ne pas résonner tristement aux oreilles de ceux qui étaient présents.

Au lendemain du vote sur les motions, l'éclatement du P.S. est confirmé par les militants et c'est un fait, il n'a pas de colonne vertébrale solide.

Certes, nous pouvons être fiers du score obtenu, la motion que nous avons défendue, autour de Martine AUBRY, est la seule qui, dès le départ, en refusant la présidentialisation du congrès, s'est résolument placée à gauche, sous le double signe du changement et du rassemblement, en le disant et en le faisant.

On a vu d'autre motion, la motion E, pourquoi ne pas la nommer, évoluer au fil du temps.

D'abord par la mise au « Frigidaire »  de la candidature de Ségolène ROYAL au poste de premier secrétaire, démarche saluée par Arnaud MONTEBOURG.

Puis la crise, qui l'a obligée à durcir son discours pour le positionner plus à gauche faisant oublier un instant les déclarations de Vincent PEILLON qui reconnaissait la possibilité de négocier avec BAYROU et le MODEM une plate-forme de gouvernement!

Bref, les militants ont tranché, la motion E est en tête et ceux qui l'ont soutenue et animée, à commencer par Ségolène ROYAL, ont une certaine légitimité à prétendre à jouer un rôle de premier plan dans le PS à venir.

Ils ont non seulement une légitimité mais aussi un devoir et une obligation de résultats.

Si elle est candidate au poste de premier secrétaire du PS, comme la rumeur semble l'indiquer, Ségolène ROYAL ne peut ignorer, sauf à retomber dans les erreurs majeures de la direction sortante, ce que les autres motions portaient et ceux, nombreux (70%) qui les ont soutenues.

Tout n'est donc pas terminé, bien au contraire.

Le problème de personne est toujours secondaire

L'enjeu est toujours là : replacer le P.S. sur le terrain idéologique, à gauche ; inventer un nouveau modèle de production et rassembler.

L'objectif est là aussi : battre la droite en 2012.

De sa capacité à sortir du congrès de REIMS par le haut, en écartant toute combinaison politicienne, dont on a malheureusement l'habitude, le PS redeviendra une véritable force politique, crédible aux yeux des français et une chance pour demain.

Publié dans CONGRES DE REIMS

Commenter cet article