LES ECHOS DE L'ENVIRONNEMENT N°2

Publié le par renover.maintenant 21

Les Echos de

         L' Environnement

Mars 2006

 

 A coté du CPE l'actualité nous amène à regarder du côté du nucléaire : manifestation nationale « contre l'EPR et pour les alternatives ! » à Cherbourg les 15 et 16 avril 2006, et samedi 8 avril à Plombières les Dijon, conférences et débats : « Energies : que choisir pour nos enfants ? » Il se trouve que le Conseil Economique et Social Régional de Bourgogne(CESR) a sorti récemment un rapport (http://www.cr-bourgogne.fr/download.php?voir=1&document_id=858 ) intitulé : « Enjeux et perspectives pour les entreprises bourguignonnes dont les activités sont liées au nucléaire ». Ce numéro des ECHOS DE L'ENVIRONNEMENT se propose d'en extraire quelques informations, partielles et choisies : quelles sont ces entreprises, et qu'en ont dit les associations et syndicats.

 

 Quelles sont les entreprises bourguignonnes liées au nucléaire ?

 v     FRAMATOME à CHALON (St Marcel) Le cœur de métier de FRAMATOME est la fabrication des éléments du circuit primaire des centrales nucléaires : cuve, générateur de vapeur, pompe et pressuriseur. L’usine de St Marcel compte actuellement 613 employés.

v     VALINOX-Nucléaire à MONTBARD  fabrique des tubes pour générateur de vapeur. L’entreprise emploie aujourd’hui 160 personnes,

v     SFARSTEEL (LE CREUSOT-MONTCHANIN) : construction de très grosses pièces mécaniques ; chaudronnerie lourde et mécanosoudure ; forgeage, usinage de pièces de très grandes dimensions (environ 300 personnes, en plusieurs sites)

v     La Société de chaudronnerie générale et inoxydable (SCGI) au BREUIL : 21 personnes. v     LE CEDIC(Centre d’expérimentation des techniques d’intervention sur chaudières nucléaires) à CHALON-SUR-SAONE : il emploie 20 personnes.

v     LE COMMISSARIAT A L’ENERGIE ATOMIQUE (VALDUC)

         Le CEA comprend 4 grands pôles opérationnels

           ·         la recherche : sciences de la matière, sciences du vivant, sciences du climat ;

           ·         le nucléaire : réacteurs nucléaires, cycle du combustible, gestion des déchets ;

           ·         la défense nationale : armes nucléaires, propulsion nucléaire, matières, surveillance des

                  traités ;  

           ·         la recherche technologique.

Poids économique régional : le CEA de Valduc compte aujourd’hui environ 1000 employés. 

 

Position de FO et CGT :

 Les deux syndicats sont favorables au nucléaire, et souhaitent surtout la sécurité pour les salariés.

Position de la CFDT :

Cet avis (du CESR) s’appuie sur peu de données chiffrées, en particulier en ce qui concerne l’emploi. Le chiffre de 7000 salariés ne s’appuie sur aucun indicateur précis.

Le traitement des déchets nucléaires n’est pas abordé notamment sur le développement des filières professionnelles concernées par cette problématique incontournable de l’industrie nucléaire.

Un constat : les investissements dans les projets nucléaires absorbent des financements qui font cruellement défaut aux programmes d’efficacité énergétique, alors que ceux-ci offrent un coût spécifique de réduction des émissions de gaz à effet de serre bien inférieur à celui du nucléaire.

Intervention de Thierry GROSJEAN au titre des associations de protection de la nature :

Nous posons pour notre part la question : « Plutôt que d’investir une nouvelle fois des milliards d’euros dans le nucléaire, ne préféreriez-vous pas qu’EDF, au titre d’un vrai service public, mette tout en œuvre pour développer une véritable politique de recherche, de développement de l’efficacité énergétique et d’économies d’énergie, de développement des énergies renouvelables, politique créatrice d’emplois ?

Si le nucléaire représente 75 % de l’électricité produite en France, il représente en fait seulement 15 % de l’énergie consommée et à peine 6 % dans le monde. L’industrie nucléaire consomme elle-même l’équivalent de 4 réacteurs, 10 réacteurs fonctionnent pour l’exportation à perte d’électricité, et 10 autres correspondent à la surconsommation imposée par le chauffage électrique.

Si la sortie du nucléaire était décidée (sur 20 ans, par exemple), il resterait des dizaines d’années de travail spécialisé pour arrêter progressivement les centrales les plus dangereuses (dont BELLEVILLE et DAMPIERRE), sécuriser celles qui en ont besoin (la majorité du parc) et prévoir leur démantèlement. Une BOURGOGNE se tournant résolument vers les technologies de pointe, misant sur les économies d’énergie et les énergies renouvelables serait autrement plus créatrice d’emplois, tout en comblant le retard accumulé par la France dans ces domaines et en libérant des investissements énormes.

 

Pour conclure ce numéro des ECHOS DE L’ENVIRONNEMENT, nous rappelons :

 

v     l’opposition du Parti Socialiste à la décision de construire aujourd’hui l’EPR en France, qui ne correspond pas, en l’état actuel du parc nucléaire, à un vrai besoin (délégation du PS au ministère de l’industrie le 08/01/04) ;

v     les prises de position de Rénover Maintenant, en particulier Pour une gestion responsable des déchets nucléaires (http://www.renover-maintenant.org/blog/index.php/2006/03/12/23-) ;

v     la prise de position courageuse mais solitaire de Béatrice MARRE dans l’Hebdo des Socialistes du 18 mars 2006 : « Il nous faudra aborder très franchement le débat sur le nucléaire. Nous devons dire très franchement jusqu’où nous devons aller vers la sortie, à terme, du nucléaire électrique "

 

Combien de temps attendra le PS pour ne pas se prononcer davantage ???????????????????????????

  Il nous reste, ici en Côte d’Or, à participer à l’après-midi de débat sur le thème

Energies : que choisir pour nos enfants ?

organisée par l’association « Plombières Environnement » et par les Verts

à PLOMBIERES les DIJON, le samedi 8 avril de 15 H à 20H

avec, en particulier, de 17 H à 19 H 30 les interventions de :

André LARIVIERE Réseau sortir du nucléaire

Monique SENE, GSIEN (Groupement des Scientifiques pour l'Information sur l'Energie Nucléaire )

Marie-Anne ISLER-BEGUIN, députée européenne Verte

  suivies d’un pot convivial à 19 H 30 à la salle des fêtes de Plombières les Dijon.

Billet posté par Henri MARTIN : responsable thématique "Environnement et développement durable " RM21

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article