De FRANGY-en-BRESSE à SAINT AGNAN

Publié le par Rénover Maintenant 21

36ème Fête de le Rose de FRANGY : quelle différence entre ce qui s'est dit au cours de l'après midi lors des interventions politiques d'Arnaud MONTEBOURG et Pierre MOSCOVICI et le compte-rendu qu'en ont fait les médias sarkozystes.

Outre l'invité d'honneur, qui cette année était, faut-il le redire, Pierre MOSCOVICI, se trouvaient à la tribune nombre d'élus du Conseil Général de Saône-et-Loire, plusieurs élus du Conseil Régional de BOURGOGNE emmenés par leur Président, François PATRIAT, Jean-Louis FOUSSERET, le maire de BESANCON accompagné d'élus du DOUBS et une délégation de socialistes allemands.


Arnaud MONTEBOURG et de Pierre MOSCOVICI
ont  esquissé les contours de ce que pourrait être une  politique mise en œuvre par la gauche et par là même ils ont l'un et l'autre posé les principes sur lesquels le parti socialiste devra se reconstruire.

Ce thème a été longuement évoqué le lendemain lors des journées Rénover Maintenant de SAINT AGNAN où se sont succédés à la tribune, entre autres, Paul ALLIES, Christian PAUL, Eric LOISELET et bien sûr Arnaud MONTEBOURG.

Outre la richesses des idées exposées par les intervenants, successivement et respectivement, sur la nouvelle donne politique dans le pays, la relance du projet européen, l'intégration des défis écologiques et les enjeux de la rentée et du congrès de REIMS pour les socialistes, nous avons obtenus les précisions que nous attendions sur la démarche des Resconstructeurs et de RM.

Le parti socialiste, aujourd'hui fragmenté (21 contributions), doit se reconstruire autour d'une colonne vertébrale solide pour être en capacité de l'emporter en 2012 et de changer véritablement la vie des français, en particulier des plus défavorisés, et ce, en s'appuyant sur les valeurs traditionnelles du P.S. et de la gauche, seul défi qui vaille.

Ce parti socialiste nouveau devra retrouver la crédibilité qu'il a laissée à un centre gauche qui ne peut pas porter nos valeurs, valeurs que nous ne devons pas abandonner non plus à l'extrême gauche, en clair, écarter BAYROU et le MoDem tout en comprimant BESANCENOT qui fait le jeu de la droite et de SARKOZY.

Et puis dans l'immédiat refuser la présidentialisation du parti qui l'entraînerait inévitablement à la défaite : « les français n'ont que faire de connaître le nom du candidat socialiste qui sera battu en 2012 », cette phrase d'Arnaud MONTEBOURG résume bien toute la situation !

Pour envisager la possibilité de gagner la prochaine élection présidentielle il est donc nécessaire de rassembler autour de ces principes plutôt que de se diviser davantage sur des thèmes qui ne sont pas centraux.

Publié dans RENOVATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article