PEUT-ON ETRE SOCIALISTE ET APPROUVER LA POLITIQUE DE SARKOZY?

Publié le par Rénover Maintenant 21

Il y a un peu plus d'un an, en pleine campagne présidentielle Ségolène ROYAL avait dit à la presse « qui connaît Eric BESSON ? » alors que celui-ci trahissait son camp.

Aujourd'hui , elle pourrait dire, pour les mêmes raisons, qui ne connaît pas Jack LANG ?

Son goût pour la sphère du pouvoir qui l'avait rendu mitterrandolâtre l'a rendu de façon symétrique sarkozidolâtre.

Depuis sa participation à la Commission BALLADUR et ses prises de position récentes, on sait que Jack Lang n'est pas socialiste.

Son vote aurait pu rester un épiphénomène pour le Parti Socialiste, si SARKOZY, en conseil des ministres , ce mercredi, n'avait félicité chaleureusement Jack LANG et n'avait indiqué, devant ses sbires, encore tout étonnés que la loi soit passée, que le vote de Jack LANG confirmait le bien-fondé de sa stratégie « d'ouverture » (comprendre, sa stratégie de désintégration du Parti Socialiste).

Mais plus grave encore, MM. VALLS, CARESHE, LE GUEN et GORCE profitent de la tribune qui leur est aimablement offerte par les médias sarkozistes pour développer la notion d'un prétendu « antisarkozisme pavlovien » du parti socialiste, à laquelle ils s'opposent.

L'opposition à la politique de SARKOZY doit être constante et sur tous les plans, toute autre attitude de la part du PS serait  stupide et suicidaire.

Stupide, puisque SARKOZY défend, et développe, une politique qui constitue un tout : il s'agit de copier le modèle américain tant du point de vue économique que politique et donc d'instaurer une alternance dans un cadre ultra-libéral.

Si l'on accepte la réforme constitutionnelle sarkozienne, on accepte  les franchises médicales, on accepte le démantèlement du code du travail.

Suicidaire, parce qu'elle génère la confusion dans l'esprit des français en laissant penser qu'il n'y aurait que cette solution et donc conduirait, comme le souhaite SARKOZY, à la fin du P.S.

Face à cette politique, face à cette stratégie, les socialistes ont le devoir de rester unis pour développer une opposition ferme sur des bases politiques anti-libérales claires.

Alors, LANG, et les trois mousquetaires de VALLS, plutôt que de saper le PS en vantant les supposés mérites de la politique de SARKOZY , feraient mieux de dénoncer les méthodes scandaleuses qu'il utilise, rappelant le pire de la IVème République.

Interrogé sur France Inter sur le fait de savoir si l'ancien ministre faisait toujours partie du groupe PS, VALLS a répondu: "Evidemment, il est député socialiste, élu par les électeurs gauche".

C'est bien là le problème, Les militants, socialistes sincères, les électeurs de gauche n'ont pas voté pour désigner des responsables du PS qui fassent l'apologie de la politique de SARKOZY !

S'ils veulent aller à l'UMP, qu'ils y aillent, on ne les retient pas, mais qu'ils cessent de se réclamer du socialisme.

Ce qui est valable pour ceux-là, l'est aussi pour le PRG

C'est vrai, il y avait une occasion historique d'engager une réforme constitutionnelle qui fasse de la France une démocratie moderne et efficace, d'aller vers une nouvelle république, celle que nous appelons de vos vœux ici, avec Arnaud MONTEBOURG, dont les intervention à l'Assemblée Nationale et au congrès de Versailles ont été exemplaires,  mais qui n'a rien à voir avec celle qui vient d'être adoptée.

Le sectarisme de la clique UMP a empêché toute véritable discussion, et c'est la France qui a perdu.

Il faut se battre pour défendre nos idées et ne pas se courber devant ce pouvoir

Publié dans INSTITUTIONS

Commenter cet article