La République selon Arnaud Montebourg

Publié le par renover.maintenant 21

  Les « Lundis d'Aristote »  

                       

Dans le cadre des « Lundis d'Aristote », cours de droit institutionnel ouverts au public, Arnaud Montebourg, député de Saône-et-Loire, était convié à débattre de la Ve République lundi matin à l'amphithéâtre Aristote sur le campus universitaire. Invité par Claude Patriat, professeur de droit constitutionnel à l'université de Bourgogne, le député socialiste s'est particulièrement exprimé sur le rôle des institutions vis-à-vis du gouvernement actuel. Constat politique amer
Il a tenu à souligner leur « impuissance » face à un gouvernement qu'il qualifie de « système totalitaire où ceux qui peuvent dire ce qui se passe dans la société ne sont pas écoutés ». « Le débat parlementaire n'existe pas, les textes sont conçus dans l'administration », a-t-il déclaré devant les 200 étudiants présents. Et de dénoncer l'enfermement des dirigeants politiques actuels faisant mourir la démocratie en France : « Les décisions politiques sont prises sans aucune consultation parlementaire ». Un constat politique qui l'amène à définir une VIe République dans laquelle le parlement serait « réarmé » face au gouvernement afin d'éviter les éventuels « dérapages de ce dernier ».

Un président arbitre : Arnaud de Montebourg en a également profité pour redéfinir le pouvoir du président, qu'il qualifie de « force d'impulsion gouvernementale », dans une VIe République où il tiendrait un rôle d'arbitre. Elu au suffrage universel, il aurait le pouvoir de « contrôler les autorités administratives indépendantes telles que la CNIL (commission nationale informatique et liberté) et le CSA (conseil supérieur de l'audiovisuel) » et « d'impulser des orientations politiques dans le cadre d'un pacte institutionnel ». Hayan SALEH (Le Bien Public)http://www.bienpublic.com/

Publié dans 6ème REPUBLIQUE

Commenter cet article