FACE AU LIBERALISME ECONOMIQUE, L'ESPOIR SOCIALISTE

Publié le par Rénover Maintenant 21

Le constat : 

Depuis la chute du mur de Berlin, le libéralisme économique et le capitalisme financier dominent le monde : ils sont devenus  le système de référence.

Les tenants du libéralisme économique imposent leur vision du monde en fonction de leurs intérêts.

L'affaire des subprimes, la spéculation sur le pétrole et les denrées agro-alimentaires, les émeutes de la faim montrent que ce système mène le monde dans le mur et toutes ses variantes sociales démocrates ou sociales libérales ont échoué également. 

En France, l'accélération de cette politique néfaste a des conséquences non seulement sur les classes les plus défavorisées mais aussi sur les classes moyennes : franchises médicales, temps de travail de plus en plus long, détricotage du code du travail, casse systématique des services publiques et dérégulation dans tous les domaines et pour les jeunes un avenir de plus en plus sombre. 

Quelles orientations : 

Dans ce contexte la France doit-elle se contenter de suivre le mouvement libéral comme s'il s'agissait d'une fatalité ?

Le Parti Socialiste doit-il s'accommoder de ce système en lui donnant une teinture sociale ? 

Non, Il s'agit bien pour le Parti Socialiste de construire une véritable alternative au système actuel et non une variante sociale du libéralisme, en rejetant donc clairement le libéralisme économique et le capitalisme financier. 

Le Parti Socialiste doit avoir l'ambition de proposer un autre choix aux français mais aussi aux européens pour une nouvelle Europe. 

Il doit donc proposer un objectif  clair à terme pour une nouvelle société avec les étapes pour y parvenir. 

Cette nouvelle offre, sous-tendue par la nouvelle donne énergétique et la nécessité de préserver la planète, doit reposer sur deux piliers : 

  • la solidarité, non pas comme une forme d'assistanat, mais comme le moteur d'un autre modèle économique qui donne à tous les moyens d'être un acteur d'une société dynamique.
  • le développement durable, qui doit permettre de repenser la croissance.

Les deux étant liés. 

Ce qui implique, ipso facto :

  • de redéfinir le rôle de l'entreprise privée dans une société solidaire
  • de remettre de la régulation dans l'économie, principalement s'agissant des biens et des services nécessaires à la vie quotidienne (logement, alimentation, énergie, transport...)
  • de revoir les régimes de retraites de façon globale et non dogmatique ainsi que le temps de travail
  • de repenser l'ensemble des services publics dans le cadre d'une vraie modernisation.
  • d'imaginer de nouvelles formes urbaines
  • d'organiser les solidarités territoriales
  • de proposer un nouveau système de prise en charge des soins équitable
  • de mettre en place une politique de l'emploi
  • qu'un effort important soit fait en matière de recherche fondamentale pour permettre à des petites et moyennes entreprises de se développer dans des secteurs de pointe ne subissant pas la concurrence de la main d'œuvre des pays émergeants.
  • d'engager une refonte totale de la fiscalité (rôle de l'impôt, équilibrage travail/capital) 

bref, redonner à l'état et à la puissance publique un rôle prépondérant

Ces orientations doivent s'accompagner :

  • d'une nouvelle forme de démocratie où le peuple, les peuples, doivent pouvoir faire valoir leur opinion,
  • d'une réflexion sur la presse et l'ensemble des nouvelles techniques de communication,
  • de la mise en œuvre de politiques modernes en matière d'éducation et de culture.

    Gérard RM21

Publié dans CONGRES DE REIMS

Commenter cet article

mourad 20/06/2008 19:26

pétition pour la déstitution de sarkozy, j'ai signé et je vous invite a signer et à diffuser largement, pétition à signer sur http://www.antisarkozysme.com